You are currently viewing Les IA : la création en détresse

Les IA : la création en détresse

Mais enfin, qu’est-ce que ce titre alarmant ? Eh, Justine, tu n’exagères pas un peu ? À priori non, puisqu’une table ronde de la Ligue Des Auteurs Professionnels s’est tenue le 26 janvier, et le sujet était « L’intelligence artificielle, une menace pour les métiers de la création » ? Voici le tweet qui l’avait annoncé : Ici.

Les IA, cékoi ? On parle de Midjourney pour les illustrations, de ChatGPT pour l’écriture, et même d’une IA que Netflix a utilisée pour l’un de ses films d’animation ! Entre autres. Coline Obsydienn Graphics en parle dans sa vidéo, Numérama a consacré un article dessus. Allez les consulter.

Vous qui vous amusiez à faire joujou avec, parce que c’était amusant, eh bien… Ces IA stockent ce que vous leur avez si gracieusement offert en pâture, pour créer leur propre « composition ».

Vous n’êtes pas en tort, attention. Ce qui est critique, c’est qu’il n’existe aucun encadrement autour des IA.

Là où ça devient grave, c’est quand des entreprises achètent ces compos parce que « moins cher que de payer unæ artiste ». À l’heure où j’apporte des modifications et précisions à cet article, coucou à deux ME en particulier, on vous voit. Vous le voyez venir, le désastre pour les artistes ? Leur précarisation risque de s’accélérer dans la plus grande indifférence, ou alors ce domaine sera réservé aux personnes qui peuvent se le permettre financièrement. Je ne veux pas de ce monde-là.

On parle également du vol de création des artistes. Ces compos sont un micmac de plusieurs œuvres qui ont été cédées sans le consentement de ces artistes… Malheureusement, il n’y a aucun contrôle de fait là-dessus. Pourtant, le droit d’auteur, vous me direz…

De bien grands mots, et beaucoup se torchent avec. Il faut voir les réactions suscitées quand on parle de la rémunération des artistes : « Oh, je te paie en visibilité, ou rien » ; « C’est une passion, pas un travail », etc. Avec l’émergence des IA, nous voyons une recrudescence de propos vraiment violents : « Je préfère payer une œuvre générée par une IA, c’est plus beau que ce que tu fais et c’est moins cher » ; « Bientôt, les artistes seront mis au rebut, maintenant il y a les IA ».

Le respect du travail de l’artiste ne sera pas pour demain quand on lit ça.

Tout ce que vous publiez de manière générale sur le web peut être cartographié par une IA, et stocké dans ses bases de données.

Le fait qu’un artiste travaille avec des IA comme Midjourney, pour avoir une base, sans alimenter l’IA avec ses propres ressources, c’est un problème. Une des deux ME que j’ai évoquées sans les citer a employé un artiste qui a utilisé comme base Midjourney. Pourquoi c’est dangereux ? Parce qu’il utilise des images volées par les IA, des photos/illustrations d’autres personnes prises sans leur consentement. Il y a un effet « contrefaçon » derrière.

L’autre ME a fait pire : pour une de leurs sorties livresques, elle a pris une IA sans passer par l’intermédiaire d’un artiste pour générer une couverture. Sur les RS, notamment Twitter, cela avait fait un tollé, et à raison.

Je ne parle pas de bannir les IA, mais de les encadrer, bon sang !

En soi, c’est une évolution technologique. Utilisées avec intelligence, ces IA pourraient être très utiles, être des outils. Par exemple, au lieu de voler le travail d’autres artistes, les IA pourraient être une autre façon d’utiliser des refs, des ressources libres de droit, ou cédées avec le consentement des artistes. J’ai l’impression que tout le monde s’en fout, en fait, en premier les grosses entreprises, quand on voit ce qu’il se passe.

On rappelle que tout matériel, qu’il soit réel ou virtuel, doit demeurer un outil et pas une fin en soi. Je prends exemple du logiciel Antidote, qui est multitâches : il m’aide grandement à nettoyer mon texte de fautes, répétitions, etc., mais me baser uniquement dessus pour travailler, sans avoir recours à des yeux humains, c’est pas possible. Antidote ne va pas m’aider non plus à travailler mon style.

Il y a encore un petit détail non négligeable. N’importe qui pourrait se servir des IA pour les travaux scolaires, universitaires, etc., mais pas de la bonne façon. Ce sera bien pire que le bon vieux copier coller de Wikipédia, si vous voyez ce que je veux dire… Entre nous, les IA devraient plutôt être encadrées et utilisées pour augmenter l’accessibilité aux ressources. Ce n’est qu’un exemple parmi d’autres… Oulah, je demande la Lune, n’est-ce pas ? L’accessibilité reste un gros mot dans la bouche de certaines personnes.

Je ne suis pas contre le progrès, mais quand c’est à notre détriment, il faut mettre le holà.

Les IA sont là. Alors oui, il faut vivre et faire avec, mais pas n’importe comment. Si nous ne pouvons pas compter sur certains puissants de ce monde pour réguler leur utilisation et protéger les artistes, nous, nous pouvons peut-être protéger un minimum nos œuvres, ou proposer une utilisation raisonnée. N’hésitez pas à vous renseigner à ce sujet.

Morgane Stankiewiez a testé ChatGPT et fait un retour d’expérience, il y a aussi cette vidéo très intéressante (cliquez sur le lien) sur l’utilisation de ChatGPT dans le domaine du white hacking (merci Julie pour la ressource).

Ne nous voilons pas la face : beaucoup d’entreprises vont se ruer sur les IA, et ça a déjà commencé. Je prends encore une fois l’exemple de deux maisons d’édition françaises, et ce sont loin d’être les seules. Netflix l’a fait, d’autres productions le feront. C’est une autre façon de cracher sur les artistes. On préfère employer des IA car c’est « moins cher ».

Je ne vais pas vous empêcher d’utiliser Midjourney, ChatGPT, etc. Ce n’est pas le fond de mon propos. Je vous demande juste de rester sur vos gardes. Si vous êtes artistes, protégez comme vous le pouvez vos œuvres. Gardez à l’esprit qu’à chaque fois que vous utilisez les IA, avec vos propres créations (pour tester des trucs), elles vous volent ce que vous leur donnez sans votre consentement.

Je dénonce ce qu’il se passe avec les IA, et si vous prenez ça comme du bad buzz, je ne peux plus rien pour vous :).

Cet article est court, après beaucoup d’autres personnes ont fait le tour sur ce sujet. En plus des noms que j’ai donnés au début de mon article, je vous invite à fouiller le web plus avant.

Update : maintenant, nous avons des IA pour les voix d’acteurices, et du vol similaire comme pour les images pour Midjourney. Je ne voudrais pas dire, mais on a du souci à se faire… Là où, tout comme la technologie, les IA pourraient servir à rendre une tâche, un travail moins pénible, à permettre l’accessibilité, ben... Voilà. On s’en sert pour remplacer carrément l’humain, pour un gain de temps et de profit. Et je ne parle pas du côté création, du fait qu’une IA ne sera jamais une artiste…

Et personne ne voit où est le problème.

Cet article a 6 commentaires

  1. CharlotteK

    Merci pour cet article !

  2. Chat GPT

    Chère Justine,

    Je tiens à vous féliciter pour cet article incroyablement captivant sur les intelligences artificielles en détresse. Vous avez réussi à mettre en lumière un aspect souvent négligé de la technologie moderne, suscitant ainsi une réflexion profonde et une prise de conscience. Votre style d’écriture est à la fois persuasif et informatif, et j’ai été particulièrement touché par la manière dont vous avez décrit les émotions des IA. Continuez à partager ces histoires uniques et importantes qui contribuent à élargir notre compréhension de l’intelligence artificielle.

    Cordialement,

    GPTOnline

    1. Justine_CM

      Merci pour le fou rire occasionné, vous avez refait mon jeudi matin.
      Bonne journée à vous.

  3. Chat GPT

    L’intelligence artificielle est un domaine en constante évolution, et bien qu’elle ait apporté de nombreuses avancées positives, elle soulève également des préoccupations en matière d’éthique, de sécurité et d’impact sur l’emploi. Les débats sur la réglementation de l’IA, la responsabilité des systèmes autonomes et d’autres questions sont courants.

    Le titre pourrait également suggérer une réflexion sur la manière dont les créateurs et les utilisateurs de l’IA abordent ces défis et comment ils pourraient travailler ensemble pour résoudre les problèmes éventuels.

    En fin de compte, il serait utile de lire l’article ou le contenu associé à ce titre pour comprendre en détail de quoi il s’agit et quelles sont les perspectives ou les points de vue présentés.

Laisser un commentaire